• POEME D'HIER

     

     

    *POEME D’hier

    GENTIL BERNARD

    1710 – 1775


     




    TA BOUCHE EST PARFUMEE



    Dieu que ta bouche est parfumée !
    Donne moi donc vite un baiser.
    Encore un, o ma bien aimée.
    De quel feu dévorant je me sens embraser !
    Prends ! sois heureux : en voila vingt bathile,
    En voila trente, en voila cent en sus.
    Est-ce assez ? - non. - je t’en donne encore mille.
    Es tu content ?  - las je brûle encore plus !
    Et combien donc, Ingrat, pour apaiser ta flamme
    Te faut il aujourd’hui de baisers amoureux?
    Autant répondis je, o mon âme,
    Que septembre mûrit sur les coteaux pierreux
    De Pomar ou d’Artois, de raisins savoureux :
    Autant qu’on voit d’épis jaunissants dans la plaine,
    Ou de grains entassés dans le sable des mers ;
    Autant qu’on voit briller dans une nuit sereine
    D’étoiles, de soleils et de mondes divers.
    Quand tu m’en donnerais dès la naissance aurore,
    Quand tu m’en donnerais jusqu‘au déclin du jour,
    Plus altéré, le soir, le soir, mourant d’amour,
    Je t’en demanderai encore.



    Diffusion François Beauval
    1ér trimestre 1975


    J-G-R-C

    16h00 

     

    « RECETTE DE CUISINECHAQUE JOUR EST NOUVEAU »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :