•  

     

     

     

     

     

     

     



     

    POÈME D’hier

     

    BAUDELAIRE Charles

     

     

     

    1821 – 1867





     

     

     

     


    LA BEAUTE

     

     



    Je suis belle, o mortels ! comme un reve de pierre,
    Et mon sein, ou chacun s’est meurtri tour à tour,
    Est fait pour inspirer au poète un amour
    Eternel et muet ainsi que la matière.


    Je trone dans l’azur comme un sphinx incompris;
    JH’unis un cœur de neige a la blancheur des cygnes;
    Je hais le mouvement qui déplace les lignes,
    Et jamais je ne pleure et jamais je ne ris.


    Les poètes, devant mes grandes attitudes,
    Que j’ai l’air d’emprunter aux plus fiers monuments,
    Consumeront leurs jours en d’austères études;


    Car j’ai, pour fasciner ces dociles amants,
    De purs miroirs qui font toutes choses plus belles:
    Mes yeux, mes larges yeux aux clartés éternelles!


    Diffusion François Beauval
    1ér trimestre 1975

    J-G-R-C




     

     01 ERIK JOHANSSON    A. L. P. 2021 L-G  1/1  D  24-07-2021

     

    A SUIVRE SUR AVEC LA PHOTO

     

    aveclaphoto.eklablog.fr

    D   08-02-2012

     


    9 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

    POÈME D’HIER


     

     

    Georges  BRASSENS

     

     

     

     

     

     



     

     

    VÉNUS

     

    CALLIPYGE

     

    (Chanson)

     

     

     

     

     

     

    Votre dos perd son nom avec si bonne grâce

    Qu’on ne peut s’empêcher de lui donner raison

    Que ne suis-je Madame un poète de race

    Pour dire à sa louange un immortel blason

    (Bis)

     

     

    En le voyant passer j’en eus la chair de poule

    Enfin je vins au monde et depuis je lui voue

    Un culte véritable et quand je perds aux boules

    En embrassant Fanny je ne pense qu’à vous

    (Bis)

     

     

    Pour obtenir Madame un galbe de cet ordre

    Vous devez torturer les gens de votre entour

    Donner aux couturiers bien du fil à retordre

    Et vous devez crever votre dame d’atours

    (Bis)

     

     

    C’est le duc de Bordeaux qui s’en va tête basse

    Car il ressemble au mien comme deux gouttes d’eau

    S’il ressemblait au votre on dirait quand il passe

    C’est un joli garçon que le duc de Bordeaux

    (Bis)

     

     

    Ne faites aucun cas des jaloux qui professent

    Que vous avez placé votre orgueil un peu bas

    Que vous présumez en somme de vos fesses

    Et surtout par faveur ne vous asseyez pas

    (Bis)

     

     

    Laissez les raconter qu’en sortant de calèche

    La brise a fait voler votre robe et qu’on vit

    Écrite dans un cœur transpercé d’une flèche

    Cette expression triviale : « A Julot pour la vie »

    (Bis)

     

     

    Laissez les dire encor qu’à la cour d’Angleterre

    Faisant la révérence aux souverains anglois

    Vous etes patatras tombée assise à terre

    La loi de la pesanteur est dure mais c’est la loi

    (Bis)

     

     

    Nul ne peut aujourd’hui trépasser sans voir Naples

    A l’assaut des chefs d’œuvre ils veulent tous courir

    Mes ambitions à moi sont bien plus raisonnables

    Voir votre académie Madame et puis mourir

    (Bis)

     

     

     

    Coda

    Que jamais l’art abstrait qui sévit maintenant

    N’enlève à vos attraits ce volume étonnant

    Au temps ou les faux culs sont la majorité

    Gloire à celui qui dit toute la vérité

     

     

     

     



    Diffusion François Beauval
    1ér trimestre 1975




     

    J-G-R-C-



     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    5 commentaires
  •  

     

     

    POEME D’hier

     

    Charles BAUDELAIRE

     

    1821 – 1867

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    PARFUM EXOTIQUE

     

     

     

     

     

    Quand, les deux yeux fermés, en un soir chaud d’automne,

    Je respire l’odeur de ton sein chaleureux,

    Je vois se dérouler des rivages heureux

    Qu’éblouissent les feux d’un soleil monotone :

     

    Une ile paresseuse où la nature donne

    Des arbres singuliers et des fruits savoureux :

    Des hommes dont le corps est mince et vigoureux ,

    Et des femmes dont l’œil par sa franchise étonne.

     

    Guidé par ton odeur vers de charmants climats,

    Je vois un port rempli de voiles et de mats

    Encor tout fatigués par la vague marine.

     

    Pendant que le parfum des verts tamariniers,

    Qui circule dans l’air et m’enfle la narine,

    Se mêle dans mon âme au chant des mariniers.

     

     

     

     

    Diffusion François Beauval
    1ér trimestre 1975




     

    J-G-R-C- 

     

     

     

     

    D    07/08/2017      R  D  05/04/2021 

     


    9 commentaires
  •  

     

     

    POEME D’hier

     

    Charles BAUDELAIRE

     

    1821 – 1867

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    PARFUM EXOTIQUE

     

     

     

     

     

    Quand, les deux yeux fermés, en un soir chaud d’automne,

    Je respire l’odeur de ton sein chaleureux,

    Je vois se dérouler des rivages heureux

    Qu’éblouissent les feux d’un soleil monotone :

     

    Une ile paresseuse où la nature donne

    Des arbres singuliers et des fruits savoureux :

    Des hommes dont le corps est mince et vigoureux ,

    Et des femmes dont l’œil par sa franchise étonne.

     

    Guidé par ton odeur vers de charmants climats,

    Je vois un port rempli de voiles et de mats

    Encor tout fatigués par la vague marine.

     

    Pendant que le parfum des verts tamariniers,

    Qui circule dans l’air et m’enfle la narine,

    Se mêle dans mon âme au chant des mariniers.

     

     

     

     

    Diffusion François Beauval
    1ér trimestre 1975




     

    J-G-R-C- 

     

     

     

     

    D    07/08/2017      R  D  05/04/2021 

     


    11 commentaires
  •  

     

     

      

    *POEME d' hier

     

      

    MERRILL  STUART

     

    1863 - 1915

     
    CHAMBRE D’AMOUR
     

     

     


    Dans la chambre qui fleure un peu la bergamote
    Ce soir, lasse, la voix de l’ancien clavecin
    Chevrote des refrains enfantins de gavotte.

     


    Eteintes par sa main pour quelques doux dessein
    D’amour, voici qu’enfin les lampes vespérales
    Fument au bruit de l’eau tintant dans le bassin,

     


    Au bruit de l’eau qui brille en des lueurs lustrales
    A travers les rideaux roidis de pourpre et d’or
    Dont le frêle état croule aux fenêtres claustrales.

     


    C’est déroutant au mur un vaporeux décor,
    La pastorade peinte aux pimpantes images
    Ou des jeux et des ris s’éparpille l’essor.

     


    Sur les divans fanés en leurs riants ramages
    Les coussins semblent lourds de l’oubli des absents,
    Et du bleu baldaquin s’éplorent des plumages.

     


    Seul, un éventail chu des doigts jadis lassants
    Présage le retour inespéré de celle
    Dont l’automne a pâli les charmes languissants.

     


    Soudain c’est le rayon doux d’un rubacelle,
    Un chuchotis de voix disant de doux remords,
    Et le baiser de ceux que la vie ensorcelle

     


    Dans la chambre ou, le soir, s’aimèrent tant de morts !

     


    diffusion François Beauval
    1ér trimestre 1975

     

     

     

     

     

     

     

     D  22 /01/2012

     

     

     

     


    12 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    UN REGARD VAUT  MIEUX    

     

     

    QU'UNE PAROLE  

     

     

     

    AVEC LA PHOTO

     

     

     

     

     

    -20-22-24- Mai -

     

     .OLTINGUE  église.

     

     

     

     

     

     

     

    http://aveclaphoto.eklablog.com/  

     

     

    .   :

     

    VACANCES ALSACE 09/2015  . 

     

     

    A VENIR DANS LES 8 JOURS             D     13/04/2016

     

     

    LIRE LE MENU

     

    C'EST COMME SE NOURRIR DE LECTURE

     

     

    A VENIR DANS LES 8 JOURS             D     13/04/2016

     

     

    3)  POÈMES  &  RECETTES 

     

    http://56meldix77.eklablog.fr/ 

     

     

    . 21/05 : RECETTE .

     

     

    . SORBET  Caraibes - 

     

     

    .  : RECETTE .

     

     

     

    . .

     

     

     

     

     

    A VENIR DANS LES 8 JOURS             D     13/04/2016

     

     

    3)  POÈMES  &  RECETTES 

     

     

    http://56meldix77.eklablog.fr/ 

     

     

     

    . 18/05 : POÈME .

     

     

     

    . DORAT- .

     

     

     

     

     

    . 24/05 : POÈME .

     

     

     

    . Charles  BAUDELAIRE- . 

     

     

     

     

     

     

     

    POEME D'HIER  18/05/2016

     

     


    16 commentaires
  •  

     

     

     

    POÈME D'HIER  31/12/2015  R

     

     

     

     

     

     

    *POEME D’hier

     

    MARGUERITE

    DE NAVARRE

     

    1492 – 1549

     

     

     

     

     

     

    LA DISTINCTION

     

    DU VRAY AMOUR

     

     

    Amour qui est lui-même la douceur

      

    C’est blasphémer de cruel le nommer :

      

    Père n’y a, ami, frère ni sœur,

      

    Qui sans amour se peut tel renommer :

      

    Mais quand amour vient leur cœur allumer

      

    De son doux feu, rend les parents amis,

      

    Dont plusieurs ont leur vie et leur corps mis

      

    Pour louer amis remplis de cette amour

      

    Qui plus est, dieu par amour est soumis

      

    A tous humains faire un amoureux tour.

      

     

     

     

    Diffusion François Beauval

    1ér trimestre 1975

     

    J G R C

     

     

     


    15 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique