•  

     

    *POEME D’hier

     

    CHARLES D’ORLEANS

    1391 – 1465

     



     
    PRENEZ TOT
    CE BAISER

    Prenez tôt ce baiser, mon cœur,
    Que ma maîtresse vous présente,
    La belle, bonne, jeune et gente,
    Par sa très grande grâce et douceur.


    Bon guet ferai, sur mon honneur,
    Afin que danger rien n’en sente.
    Prenez tôt ce baiser, mon cœur,
    Que ma maîtresse vous présente,


    Danger, toute nuit, en labeur,
    A fait guet : or gît en sa tente.
    Accomplissez bref votre entente,
    Tandis qu’il dort : c’est le meilleur.
    Prenez tôt ce baiser, mon cœur.


    Diffusion François Beauval
    1ér trimestre 1975


    J G R C

     16h00

      


    votre commentaire
  •  


    *POEME D’hier

     

    BAUDELAIRE Charles

    1821 – 1867






    LA GEANTE

    Du temps que la nature en sa verve puissante
    Concevait chaque jour des enfants monstrueux,
    J’eusse aimé vivre auprès d’une jeune géante,
    Comme aux pieds d’une reine un chat voluptueux.


    J’eusse aimé voir son corps fleurir avec son âme
    Et grandir librement dans ses terribles jeux ;
    Deviner si son cœur couvre une sombre flamme
    Aux humides brouillards qui nagent dans ses yeux ;


    Parcourir a loisir ses magnifiques formes ;
    Ramper sur le versant de ses genoux énormes,
    Et parfois en été, quand les soleils malsains,


    Lasse, la font s’étendre à travers la campagne,
    Dormir nonchalamment à l’ombre de ses seins,
    Comme un hameau paisible au pied d’une montagne.



    Diffusion François Beauval
    1ér trimestre 1975


    J-G-R-C

    16h00

     


    votre commentaire
  •  





    *POEME D’hier


    Christine de PISAN

    1364 – 1430



    LA FILLE
     QUI N’A POINT D’AMI


    A qui dira t- elle sa peine,
    La fille qui n’a point d’ami?


    La fille qui n’a point d’ami,
    Comment vit –elle?
    Elle ne dort jour et demi
    Mais toujours veille.
    Ce fait amour qui la réveille
    Et qui la garde de dormir.


    A qui dit elle sa pensée,
    La fille qui n’a point d’ami ?


    Il y en a bien qui en ont deux,
    Deux, trois ou quatre
    Mais je n’en ai pas un tout seul
    Pour moi ébattre.
    Hélas, mon joli temps se passe
    Mon téton commence à mollir.


    A qui dit elle sa pensée,
    La fille qui n’a point d’ami?


    J’ai le vouloir si très humain
    Et tel courage
    Que plus tôt  anuit que demain
    En mon jeune age
    J’aimerai mieux mourir de rage
    Que de vivre en un tel ennui.


    A qui dit elle sa pensée,
    La fille qui n’a point d’ami ?



    Diffusion François Beauval
    1ér trimestre 1975

    J G R C

    16h00


     


    votre commentaire
  •  

    *POEME D’hier

     

    DORAT

    1734 – 1780

     

     

     

     

     

    LES BAISERS :

    LA FAUSSE PUDEUR

     

     

     

     

    Pourquoi donc, matrones austères,

    Vous alarmer de mes accents ?

    Vous jeunes filles trop sévères,

    Pourquoi redoutez vous mes chants ?

    Ai-je peint les enlèvements,

    Des passions les noirs orages

    Qui naissent aux cœurs des amants ?

    Je célèbre des jeux paisibles,

    Qu’en vain on semble mépriser,

    Les vrais biens des âmes sensibles,

    Le doux mystère du baiser.

    Ma plume rapide et naïve

    Ecrit ce qu’on sent en aimant :

    L’image n’est jamais lascive,

    Quand elle exprime un sentiment.

    Mais, quelle rougeur imprévue!

    Quoi ! Vous blâmez ces doux loisirs,

    Et n’osez reposer la vue

    Sur le tableau de nos plaisirs !...

     

    Profanes, que l’amour offense,

    Qu’effarouche la volupté,

    La pudeur et sa fausseté,

    Et le baiser son innocence.

    Ah ! Fuyez, fuyez loin de nous ;

    N’approchez point de ma maîtresse :

    Dans ses bras, quand Thaïs me presse,

    Et, par les transports les plus doux,

    Me communique son ivresse,

    Thaïs est plus chaste que vous.

    Ce zèle, ou votre cœur se livre,

    Ce que vous fuyez dans un livre,

    Vous le cherchez dans un amant.

     

     

     

     

     

     

    Diffusion François Beauval

    1ér trimestre 1975

     

    J-G-R-C

     

    16h00

     


    votre commentaire
  •  


    *POÈME D’hier

    Henri de REGNIER

    1864 – 1936

     


     



    ODELETTE


    Si j’ai parlé
    De mon amour, c’est à l’eau lente
    Qui m’écoute quand je me penche
    Sur elle ; si j’ai parlé
    De mon amour, c’est au vent
    Qui rit et chuchote entre les branches ;
    Si j’ai parlé de mon amour, c’est à l’oiseau
    Qui passe et chante
    Avec le vent :
    Si j’ai parlé
    C’est à l’écho.


    Si j’ai aimé de grand amour,
    Triste ou joyeux,
    Ce sont tes yeux ;
    Si j’ai aimé de grand amour,
    Ce fut la bouche grave et douce,
    Ce fut la bouche ;
    Si j’ai aimé de grand amour,
    Ce furent ta chair tiède et tes mains fraîches,
    Et c’est ton ombre que je cherche.


    Diffusion François Beauval
    1ér trimestre 1975


    J-G-R-C 

    16h00

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

    *POEME D’hier

     

    BAUDELAIRE Charles

    1821 – 1867

     

     

     

     

     

     

    CHANSON

    D’APRES MIDI

     

     

     

     

    Quoique tes sourcils méchants

    Te donnent un air étrange

    Qui n’est pas celui d’un ange,

    Sorcière aux yeux alléchants,

     

    Je t’adore, o ma frivole,

    Ma terrible passion !

    Avec la dévotion

    Du pretre pour son idole.

     

    Le désert et la foret

    Embaument tes tresses rudes,

    Ta tète a les attitudes

    De l’énigme et du secret.

     

    Sur ta chair le parfum rode

    Comme autour d’un encensoir ;

    Tu charmes comme le soir,

    Nymphe ténébreuse et chaude.

     

    Ah ! les philtres les plus forts

    Ne valent pas ta paresse,

    Et tu connais la paresse,

    Qui fait revivre les morts !

     

    Tes hanches sont amoureuses

    De ton dos et de tes seins,

    Et tu ravis les coussins

    Par tes poses langoureuses.

     

     

    Quelque fois pour apaiser

    Ta rage mystérieuse,

    Tu prodigues, sérieuse,

    La morsure et le baiser ;

     

    Tu me déchires, ma brune,

    Avec un rire moqueur,

    Et puis tu mets sur mon cœur

    Ton œil doux comme la lune.

     

    Sous tes souliers de satin,

    Sous tes charmants pieds de soie,

    Moi, je mets ma grande joie,

    Mon génie et mon destin,

     

    Mon âme par toi guérie,

    Par toi, lumière et couleur !

    Explosion de chaleur

    Ma noire Sibérie !

     

     

     

     

      

     

     

     

     

     

    Diffusion François Beauval

    1ér trimestre 1975

     

    J-G-R-C

     

     

     

     

     

    10h00

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    *POEME D’hier

     

    BAUDELAIRE Charles

    1821 – 1867

     

     

     

      A CELLE

     QUI EST TROP

    GAIE

     

     

    Ta tête, ton geste, ton air

    Sont beaux comme un beau paysage ;

    Le rire joue en ton visage

    Comme un vent frais dans un ciel clair

     

     

    Le passant chagrin que tu frôles

    Est ébloui par la santé

    Qui jaillit comme une clarté

    De tes bras et de tes épaules.

     

     

    Les retentissantes couleurs

    Dont tu parsèmes tes toilettes

    Jettent dans l’esprit des poètes

    L’image d’un ballet de fleurs.

     

     

    Ces robes folles sont l’emblème

    De ton esprit bariolé ;

    Folle dont je suis affolé,

    Je te hais autant que je t’aime !

     

     

    Quelques fois dans un beau jardin

    Où je traînais mon atonie,

    J’ai senti, comme une ironie,

    Le soleil déchirer mon sein :

     

     

    Et le printemps, et la verdure

    Ont tant humilié mon cœur,

    Que j’ai puni sur une fleur

    L’insolence de la nature.

     

     

    Ainsi je voudrais, une nuit,

    Quand l’heure des voluptés sonne,

    Vers les trésors de ta personne,

    Comme un lâche, ramper sans bruit.

     

     

    Pour châtier ta chair joyeuse,

    Pour meurtrir ton sein pardonné,

    Et faire à ton flanc étonné

    Une blessure large et creuse.

     

     

    Et, vertigineuse douceur !

    A travers ces lèvres nouvelles,

    Plus éclatantes et plus belles,

    T’infuser mon venin, ma sœur.

     

     

     

    Diffusion François Beauval

    1ér trimestre 1975

     

    J-G-R-C

     

     16h00

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique