•  

     

     

    *POEME D’hier

     

    DORAT

    1734 - 1780

     

     

     

     

     

    LES BAISERS :

    LA FAUSSE PUDEUR

     

     

     

     

     

    Pourqui donc, matrones austères,

    Vous alarmez de mes accents ?

    Vous, jeunes filles trop sévères,

    Pourquoi redoutez vous mes chants ?

    Ai-je peint les enlèvements,

    Des passions les noirs orages

    Qui naissent aux cœurs des amants ?

    Le célèbre des jeux  paisibles,

    Qu’en vain on semble mépriser,

    Les vrais biens des âmes sensibles,

    Le doux mystère du baiser.

    Ma plume rapide et naive

    Ecrit ce qu’on sent en aimant :

    L’image n’est jamais lascive,

    Quand elle exprime en sentiment.

    Mais, quelle rougeur imprévue !

    Quoi ! Vos blâmez ces doux loisirs,

    Et n’osez reposer la vue

    Sur le tableau de nos plaisirs !...

     

    Profanes, que l’amour offense,

    Qu’effarouche la volupté,

    La pudeur a sa fausseté,

    Et le baiser son innocence.

    Ah ! Fuyez, fuyez loin de nous ;

    N’approchez point de ma maîtresse :

    Dans ses bras, Thaïs me presse.

    Et, par les transports les plus doux,

    Me communique son ivresse,

    Thais est plus chaste que vous.

    Ce zèle, ou votre cœur se livre,

    N’est que le masque du moment :

    Ce que vous fuyez dans un livre,

    Vous le cherchez dans un amant.

     

     

     

     

     

    Diffusion François Beauval

    1ér trimestre 1975

     

    J G R C

     

     

     

    10h00

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    *POEME D’hier

    GENTIL BERNARD

    1710 – 1775


     




    TA BOUCHE EST PARFUMEE



    Dieu que ta bouche est parfumée !
    Donne moi donc vite un baiser.
    Encore un, o ma bien aimée.
    De quel feu dévorant je me sens embraser !
    Prends ! sois heureux : en voila vingt bathile,
    En voila trente, en voila cent en sus.
    Est-ce assez ? - non. - je t’en donne encore mille.
    Es tu content ?  - las je brûle encore plus !
    Et combien donc, Ingrat, pour apaiser ta flamme
    Te faut il aujourd’hui de baisers amoureux?
    Autant répondis je, o mon âme,
    Que septembre mûrit sur les coteaux pierreux
    De Pomar ou d’Artois, de raisins savoureux :
    Autant qu’on voit d’épis jaunissants dans la plaine,
    Ou de grains entassés dans le sable des mers ;
    Autant qu’on voit briller dans une nuit sereine
    D’étoiles, de soleils et de mondes divers.
    Quand tu m’en donnerais dès la naissance aurore,
    Quand tu m’en donnerais jusqu‘au déclin du jour,
    Plus altéré, le soir, le soir, mourant d’amour,
    Je t’en demanderai encore.



    Diffusion François Beauval
    1ér trimestre 1975


    J-G-R-C

    16h00 

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

    *POEME D’hier

     

    JAMMES Francis

    1868 - 1938

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    LA MAISON

    SERAIT PLEINE

    DE ROSES…

     

     

     

     

     

    La maison serait pleine de roses et de guêpes.

    On y entendrait, l’après midi, sonner les vêpres :

    Et les raisins couleur de pierre transparente

    Sembleraient dormir au soleil sous l’ombre lente.

    Comme je t’y aimerais, je te donne tout mon cœur

    Qui a vingt quatre ans, ret mon esprit moqueur,

    Mon orgeuil et ma poésie de roses blanches ;

    Et pourtant je ne te connais pas, tu n’existes  pas.

    Je vais seulement que, si tu étais vivante,

    Et si tu étais comme moi au fond de la prairie,

    Nous nous baiserions en riant sous les abeilles blondes,

    Près du ruisseau frais, sous les feuilles profondes.

    On n’entendrait que la chaleur du soleil.

    Tu aurais l’ombre des noisetiers sur ton oreille,

    Puis nous mêlerions nos bouches, cessant de rire,

    Pour dire notre amour que l’on ne peut pas dire;

    Et je trouverais, sur le rouge de tes lèvres,

    Le goût des raisins blonds, des roses rouges

    et des guêpes.

     

     

     

     

     

     

     

    Diffusion François Beauval

    1ér trimestre 1975

     

    J G R C

     

     

    10h00

     

     

     


    votre commentaire

  •  

     

    *POEME D’hier

    Henri de REGNIER

    1864 – 1936

     

     


    LE BONHEUR


    Sois heureuse ! qu’importe à tes yeux l’horizon
    Et l’aurore et la nuit et l’heure et la saison,
    Que ta fenêtre tremble aux souffles de l’hiver
    Ou que l’été, le vent du val ou de la mer


    Semble quelqu’un qui veut entrer et qu’on accueille.
    Sois heureuse, la source murmure, une feuille
    Déjà jaunie un peu tombe sur le sentier ;
    Une abeille s »est prise aux fils de ton métier,


    Car le lin qu’il emploie est roux comme le miel ;
    Un nuage charmant est seul dans tout le ciel ;
    La pluie est douce ; l’ombre est moite. Sois heureuse.
    L chemin est boueux et l’ornière se creuse,


    Que t’importe la terre où mènent les chemins !
    Sois heureuse d’hier et sure de demain ;
    N’as-tu pas, par ta chair divine et parfumée,
    L’ineffable pouvoir de pouvoir être aimée ?



    Diffusion François Beauval

    1ér trimestre 1975.




    16h00

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

    *POEME D’hier

     

    KAHN  Gustave

    1859 – 1936

     

     

     

     

     

     

     

     

    LIED

     

     

     

    Le bonheur vient comme son rodeur,

    On est morne, on laisse passer.

    On parle de l’ancien malheur,

    Et c’est fini de l’aube claire.

     

     

    Le malheur glisse de son repaire,

    On est enlacé près du foyer doux,

    On n’entend pas ses flous

    Et c’est fini de l’été clair

     

     

    Et puis plus rien ne vient jamais,

    On attend devant sa porte :

    Des indifférents entrent, sortent,

    Et c’est fini de la vie claire.

     

     

    Oh ! Belle ! Gardons nos mains unies,

    Tant d’êtres pleurent sur les genoux,

    Gardons une seule âme en nous,

    Notre joie claire.

     

     

     

     

     

    10h00 

     

    Diffusion François Beauval

    1ér trimestre 1975

     

     

     

     

    Collection poèmes amoureux
    J-G-R-C

     

     


    votre commentaire


  •  

    *POEME D’hier

    CHARLES D’ORLEANS

    1391 – 1465


     

     


    CHANSON

    Que me conseillez vous, mon cœur ?
    Irai  je  par devers la belle
    Lui dire la peine mortelle
    Que souffrez pour elle en douleur ?


    Pour votre bien et son honneur,
    C’est droit que votre conseil cèle  (1)?
    Que me conseillez vous, mon cœur .
    Irai je par devers la belle?


    Si pleine la sais de douceur
    Que trouverai merci en elle,
    Tôt en aurez bonne nouvelle.
    J’y vais, n’est ce pour le meilleur ?
    Que me conseillez vous mon cœur ?


    (1) cache


    Diffusion François Beauval
    1ér trimestre 1975



    16h00


     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

     

    *POEME D’hier

     

    BAUDELAIRE Charles

    1821 – 1867

     

     

     

     

     

     

     

     

    LA MORT

    DES AMANTS

     

     

     

     

     

     

    Nous aurons des lits pleins d’odeurs légères,

    Des divans profonds comme des tombeaux,

    Et d’étranges fleurs sur des étagères,

    Ecloses pour nous sous des cieux plus beaux.

     

     

    Usant à l’envi leurs chaleurs dernières,

    Nos deux cœurs seront deux vastes flambeaux,

    Qui réfléchiront leurs doubles lumières

    Dans nos deux esprits, ces miroirs jumeaux.

     

     

    Un soir fait de rose et de bleu mystique,

    Nous échangerons un éclair unique,

    Comme un long sanglot, tout chargé d’adieux ;

     

     

    Et plus tard un ange, entr’ouvant les portes,

    Viendra ranimer, fidèle et joyeux,

    Les miroirs ternis et les flammes mortes.

     

     

     

     

     

    Diffusion François Beauval

    1ér trimestre 1975

     

     

     

    10h00

     

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique