• TROP TARD 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Je me souviendrais toujours,

    Du bonheur de notre amour.

    Mais depuis je me suis perdu,

    Dans l’espoir de l’attendue.

     

    Tu as jouée avec tes principes,

    Pour ne pas créer notre gîte.

    Malgré tout cela, je t’aime.

    Du plus profond de moi même.

     

    Je rumine dans ma pauvre tête.

    Qu’elle est éloignée, cette fête.

    A la sortie de mon adolescence

    Et croire, à ce mot, confiance.

     

    Perdre ainsi toutes mes chances.

    Vraiment, une totale insouciance

    Que le temps estompe chaque jour,

    Pour l’avenir d’un grand amour. 

     

     

    Les pensées d’un rêveur

    N° 082  écrit le 27-05-1966 par JGRC 
     Sous le pseudonyme de Christian Gilles
     A Saint Jean les deux jumeaux  77660
    Modifié le 05-08-2004 a La  Gacilly  56200
    16h00

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • JE SUIS 

     

    Qu’elles sont belles mes paroles,

    Les pieds qans mes chaussons.

    Je suis loin d’être un frivole,

    Sous ses airs de mes chansons.

     

    Des pleurs comme tout le monde,

    Quand je perds ma douce brune.

    Ce n’est pas la première blonde,

    Qui me consolera, au clair de lune.

     

    Même pris pour un étranger,

    Que recherchez vous, vous les filles ?

    Sans vouloir vous déranger,

    Une compagnie, une idylle.

     

    Je me présente en tant que curieux,

    Pour une connaissance de copain.

    Ou, savoir être des plus sérieux,

    Et envisager l’avenir de demain. 

     

     

    Les pensées d’un rêveur

    N° 081  écrit le 16-05-1966 par JGRC 
     Sous le pseudonyme de Christian Gilles
     A Saint Jean les deux jumeaux  77660
    Modifié le 10-08-2004 a La  Gacilly  56200
    13h52
      


    votre commentaire
  •  
    couple.jpg

    JE PENSE A TOI

    Je ne pense qu’à toi,
    De nuit comme de jour.
    Je ne pense qu’à toi,
    Et a notre grand amour



     Je regrette ses phrases,

    Vilaines qui me déchirent.

    Plus du tout en phases,

    Le regret en sera indéfini.
     

    Je ne pense qu’à toi,

    Du matin jusqu’au soir.

    Quand je dors sous un toit,

     Dans la clarté ou le noir.

     

    Je ne pense qu’à toi,

    Dans la lueur du jour.

    Je ne pense qu’à toi,

    Et ceci pour toujours.





      Les pensées d’un rêveur.
    N°011 écrit le 12 Mai 1961
    Pseudonyme de Christian Gilles
    Par J.G.R.C à REIMS 51 



    16h00





    votre commentaire
  •                            











     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    VOUS LES FILLES

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Vous les filles, toutes les mêmes,

    Il suffit de vous dire, je t’aime.

    Pour le croire sans aucune façons,

    Méfiez vous de votre premier garçon.

     

    Il faut jouer avec d’autres manières.

    Nous aussi, nous avons des problèmes.

    Rien ne sert de critiquer la bière,

    Humilité et calme, garder votre flegme.

     

    Pas besoin d’environnement humide,

    Vous n’êtes pas des plus timides.

    Oublier donc les vieux principes,

    Nous ne sommes pas des sales types.

     

    Vous croyez ce que l’on vous dit,

    Mais les étoiles n’ont rien prédit.

    Alors, cheveux courts cheveux longs,

    Suivez le chemin ou nous allons. 

     

     

    Les pensées d’un rêveur

    N° 080 écrit le 15-05-1966 par JGRC 
     Sous le pseudonyme de Christian Gilles
     A Saint Jean les deux jumeaux  77660
    modifié le 13-08-2004 a La  Gacilly  56200
    - 16h00 -

       




    votre commentaire


  •  




     

    MAUVAIS JUGEMENT



     

    Je te revoie triste et pale,
    Soucieuse et songeant.
    De l’avenir que je te parle,
    Plus ton visage est changeant.

    Pourquoi être choquée?
    Est-ce tes chagrins soudain.
    Toujours un état bloqué,
    Quand je te tiens la main.
     
    Depuis je ne songe qu’a toi,
    A ce visage bien triste.
    Qui me suit sous mon toit,
    Tout cela m’attriste.

     
    T’aurais je, mal jugée !
    Ouvre ton cœur du secret.
    Pour comprendre et le partager,
    Dans une vie sans regrets.

    Les pensées d’un rêveur.
    N° 006  Ecrit le 21/03/1961 par  J G R C 
     Sous le pseudonyme de  Christian Gilles
    A REIMS 51000
    Modifié le    27.02.2009   à LA  GACILLY






    16H00


     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    TOUJOURS DES REGRETS. 

     

     

     

     

     

     

     

     

    Mes yeux ne peuvent plus lire,

    Dans le fond de ton regard.

    Même larmoyant, je ne peux partir,

    Sans peine de ce hall de gare.

     

    Ou trop de bons et mauvais souvenirs,

    M’attache et me relie a ton amour.

    Loin devant est ce vraiment l’avenir,

    Au coucher du soleil, chaque jour.

     

    Serais je un gars sans franchise,

    Avec pour fixation ton visage.

    Mais toujours cette hantise,

    Que tu viennes près de ce rivage.

     

    Aux faibles lueurs du lever du jour.

    Mon cœur renvoie à mes lèvres ton nom.

    Soir ou matin, coucher ou lever, amour.

    Le seul mot qui peut sceller notre union. 

     

     

     

    Pensées d’un rêveur

    N° 079 écrit le 14-05-1966 par JGRC

     Sous le pseudonyme de Christian Gilles

     A Saint Jean les deux jumeaux  77660
    Modifié le 21-10-2004 a La  Gacilly  56200




     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


         16h00

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire


  •      

     

    NOUVELLE. 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Oh !quelle drôle de nouvelle,

    Il parait que je n’ai plus de belle.

    Elle parlerait de mariage,

    Mes aïeux, un vrai carnage.

     

    Pas besoin de répondre,

    Tous mes efforts s’effondrent.

    Pas la peine de voir ma trombine.

    Je glisse vers le fond de l’abîme.

     

    Adieu toi, la fille que j’aimai,

    Depuis cette rencontre de mai.

    Jusqu'à cette maudite lettre,

    Où le vil corbeau, défenestre.

     

    Je ne suis pas prêt pour la fête.

    Il y a de quoi baisser la tête.

    Confondre amour et amourette,

    C’est une question de pirouette. 

     

     

    Pensées d’un rêveur

    N° 078 écrit le 28-04-1966 par JGRC= Christian Gilles

     A Saint Jean les deux jumeaux  77660

    Modifié le 22-10-2004 a La  Gacilly  56200
    16h00
      

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique