• LES PENSEES D'UN REVEUR


     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      

    PERLE DU COMTAT

     

     

      

    Adossée aux monts du Vaucluse,

     La ville de PERNES les fontaines.

     Où passé et futur sont incluse,

    N’est point une dame citadine.

     

     

     

     

     

    Un cadre de vie très agréable,

    Aux nombreux petits  jardins,

    Avec ses ruelles de calades,

      Patrimoine d’un temps  lointain.


     

      

     Nombreux monuments historiques, 

    Une vingtaine, classées et inscrits.

    Du simple au plus que magnifique,

    Que nos braves ancêtres ont bâtis.


     

    Église romane, petites chapelles,

    Le sommet de la tour de l’horloge,

    Les fontaines au détour des ruelles,

    Pernes mérite bien autant d’éloges.



     



     Les pensées d’un rêveur. 
      par JGRC  
    N° 167
    Ecrit  le 28 avril 2009
     
    A LA ROQUE SUR PERNES 84210






     


     

     

     


    39 commentaires
  •  

    LES PENSÉES  D'UN  RÊVEUR

     

    LES PENSÉES  D'UN  RÊVEUR

     

    LES PENSÉES  D'UN  RÊVEUR

     

     

     

     

    partage enfants

    des villes et bidonvilles

     

     

    pour le jour de Noël

    que le bleu soit au ciel

    quand l'enfant attend

    depuis bien longtemps

     

    des cadeaux merveilleux

    qui brille dans ses yeux

    sous le regard des parents

    encore plus impatients

     

    et que dire de papy et mamie

    ou rien n’est fait en demie

    journée de tant de bonheur

    pour les enfants a l’honneur

     

    quand d’autres sont démunis

    comme des innocents punis

    souhaitons le geste de l’amour

    celui du sourire pour ce jour

     

     

     

    Les pensées d’un rêveur 

    Écrit le 23-12-12013par JGRC 

     Sous le pseudonyme de Christian Gilles 

     A   LA  GACILLY  56200

     

     

     

     


    37 commentaires
  • LES PENSÉES D'UN RÊVEUR    04-09-2015   R



     
    GORDES

     
     

    Du haut de son pilot rocheux,

    Gordes au passé historique,

    Ou les visiteurs nombreux,

    Foule ses lieux très mythiques.

     

    Visitant musées, monuments.

    La chapelle des pénitents blancs,

    Les fresques de l’église saint Firmin.

    Réalisées par des artistes italiens.

     

     

    Aux détours de chaque ruelle,

    Découvrir une nouvelle merveille.

    Gordes surveillant a perte de vue,

     L’arrivée des touristes bien venues.

     

     

    Avant ou après les Bories village,

    Ensemble d’habitat architectural,

    Bien plus que millénaire en age,

     De quoi nous remonter le moral.

     

    Les pensées d’un rêveur.

    N°163 écrit le 24 Avril 2009     

     par JGRC   

     sous le pseudonyme de CHRISTIAN Gilles

    A LA ROQUE SUR PERNES 84210

      

     

     

     

     

     

     

     

     

    D 28-06-2012

     

     

     

     

    LES PENSÉES D'UN RÊVEUR    04-09-2015   R

     


    39 commentaires
  • LES PENSEES D'UN REVEUR




    LE TEMPS


    Le temps des vacances,

    C’est bien, quand on y pense.

    Le temps d’une fille docile,

    C’est bien court, mais facile.

    Le temps d’un printemps,

    L’on n’y croit jour et nuit.

    Le temps des ennuis,

    Vient souvent a tant.

    Le temps d’une promesse,

    Ne dure pas comme l’amour.

    Le temps d’une confesse,

    Ce n’est pas tous les jours.

    Le temps d’une promenade,

    Qui se termine en salade.

    Le temps ne vaut rien,

    Pour nous les galériens.


    Les pensées d’un rêveur.

    N°12 écrit le 07 Mars1967  À REIMS  51 
      Par JGRC  Christian  Gilles

     

     

     

    D 20-09-2012

     


    28 commentaires
  • LES PENSEES D'UN REVEUR


    Les secrets d’amour sont très lourds ...

    ELLE, TOUJOURS ELLE

     

    C’est la fin des beaux jours,

    Ainsi que de notre amour.

    Je ne sais où est mon avenir,

    Loin de nos fabuleux souvenirs.

     

    Elle ne veut plus sortir,

    Quand va-t-elle partir ?

    Ne serait elle pas décider,

    Impossible de l’aborder.

     

    Dites lui que je l’aime.

     Je ne suis plus le même.

    Qu’elle vienne a sept heures.

     Comme pendant notre bonheur.

     

    Elle répond, par le silence,

    Finie notre bonne entente.

    Elle est d’une méfiance,

    Et d’une grande indifférence.

      

     

     

    Les pensées d’un rêveur

    N ° 070  écrit le 05-03-1966 par JGRC         

     Sous le pseudonyme de Christian Gilles  

     A Saint Jean les deux jumeaux  77660     

    Modifié le 26-11-2008    

     a LA  GACILLY  56200








    31 commentaires
  • LES PENSEES D'UN REVEUR    18/02/2014

    LES PENSEES D'UN REVEUR

     

     

        

     

     

     



    JE SUIS SANS,

    POURQUOI ?
                                     

      

    Croire ou ne pas croire, 

    Je suis loin de la gloire. 

    Depuis ce triste matin, 

    J’ai perdu tout mon latin. 

      

    Je suis sans piste de travail, 

    Aucune petite chance de bail. 

    J’erre, avec le vague à l’âme. 

    Je subis tous les blâmes. 

      

    Plus rien ne peut me faire rire, 

    A quoi bon essayer de sourire. 

    Je suis sans amour, ni bonheur. 

    Pourquoi ? encore des heurts. 

      

    Où est notre premier jour ? 

    Loin des paroles d’amour. 

    Maintenant faut il survivre ? 

    Monde, environnement ivre. 

      

    Pensées d’un rêveur

    N° 077 écrit le 21-04-1966   

     par JGRC= Christian Gilles 

     A Saint Jean les deux jumeaux  77660    

    Modifié le 08-11-2004 a La  Gacilly  56200

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    LES PENSEES D'UN REVEUR


    22 commentaires
  •  

     

     

     

     

    LES PENSEES D'UN REVEUR

     

     

     

     

     

     

     

     UNE FILLE, DES NERFS    

     




     

    Oh ! Toi que j’aime, oui que j’aime.

    Je prierais pour qu’il en soit de même.

    Il n’y a qu’une seule fille en mon coeur

    C’est pour cela que j’évite les heurts. 

     

    Je n’attends qu’un signe que toi.

    Pour venir me jeter a tes pieds.

    Au plus loin, mes pas iront vers toi.

    Quand l’on aime, il n’y a qu’une idée.

     

    Les nerfs ne tiendront pas toujours,

    La résistance, n’est pas comme l’amour.

    Si jamais, par malheur ils craquaient,

    Je ne sais ce qu’il m’arriverait.

     

    Que le chagrin ne pense au partage

    Il faudrait éponger mes yeux en pleurs.

    Par ses larmes qui coulent sur mon visage,

    Et cacher cette face d’une telle pâleur.  

     

    Mieux vaudrait aller ce coucher.

    Na pas pouvoir  avaler une bouchée.

    Je suis trop dépendant aux cigarettes,

    Je bois sans raisons dans les guinguettes.

     

    Si jamais cette histoire voyait le jour.

    Je partirais, confiant vers cet amour.

    Adieu a vous enfumées et gros cigares.

    Fini, chaque soir la tournée des bars.


    Faut il qu'a se point être fou a lier ?

    Pour se croire le fidèle cavalier.

    Se prendre pour un moins que rien,

    Mon corps se dérobe, je ne suis pas bien.

     

    Je ne peux errer comme un vagabond,

    Traîner de long en large sur ce pont.

    Piétiner, puis repartir jusqu'à l’espoir,

    D’un regard qui se croise pour y croire.

     

    Que l’on marche l’un vers l’autre,

    La lumière filtrante est notre.

    Cœur a cœur, main dans la main.

    Le futur doit commencer demain.

     

    Une lourde et longue tache nous attends.

    Prenons chacun nos responsabilités.

    Ne perdons pas une minute de notre temps.

    Ecartons, balayons nos personnalités.

    Les pensées d’un rêveur

    N° 091  écrit le 08-10-1966 par JGRC  

     Sous le pseudonyme de Christian Gilles
     A Saint Jean les deux jumeaux  77660 


     


    17 commentaires
  •  

    LES PENSEES D'UN REVEUR

     

     

     

    TROP TARD 

     

     

     

    Je me souviendrais toujours,

    Du bonheur de notre amour.

    Mais depuis je me suis perdu,

    Dans l’espoir de l’attendue.

     

    Tu as jouée avec tes principes,

    Pour ne pas créer notre gîte.

    Malgré tout cela, je t’aime.

    Du plus profond de moi même.

     

    Je rumine dans ma pauvre tête.

    Qu’elle est éloignée, cette fête.

    A la sortie de mon adolescence

    Et croire, à ce mot, confiance.

     

    Perdre ainsi toutes mes chances.

    Vraiment, une totale insouciance

    Que le temps estompe chaque jour,

    Pour l’avenir d’un grand amour. 

     

     

    Les pensées d’un rêveur

    N° 082  écrit le 27-05-1966 par JGRC 
     Sous le pseudonyme de Christian Gilles
     A Saint Jean les deux jumeaux  77660
    Modifié le 05-08-2004 a La  Gacilly  56200

     


    39 commentaires
  •  

     

     

    LES PENSEES D'UN REVEUR    18/02/2014

     

     

     

     

     
     

     

     

     

     

     

     




    VOUS LES FILLES

     

     


    Vous les filles, toutes les mêmes,

    Il suffit de vous dire, je t’aime.
    Pour le croire sans aucune façons,
    Méfiez vous de votre premier garçon. 


    Il faut jouer avec d’autres manières.
    Nous aussi, nous avons des problèmes.
    Rien ne sert de critiquer la bière,
    Humilité et calme, garder votre flegme. 


    Pas besoin d’environnement humide,
    Vous n’êtes pas des plus timides.
    Oublier donc les vieux principes,
    Nous ne sommes pas des sales types. 


    Vous croyez ce que l’on vous dit,
    Mais les étoiles n’ont rien prédit.
    Alors, cheveux courts cheveux longs,
    Suivez le chemin ou nous allons. 
     

     

     

     

     



    Les pensées d’un rêveur
    N° 080 écrit le 15-05-1966    par  JGRC 
     Sous le pseudonyme de Christian Gilles
     A  Saint Jean les deux jumeaux  77660
    modifié le 13-08-2004 a La  Gacilly  56200



     

     

     

     

     


    24 commentaires
  •  

     

     

     

     

    Les secrets d’amour sont très lourds ...

    ELLE, TOUJOURS ELLE

     

    C’est la fin des beaux jours,

    Ainsi que de notre amour.

    Je ne sais où est mon avenir,

    Loin de nos fabuleux souvenirs.

     

    Elle ne veut plus sortir,

    Quand va-t-elle partir ?

    Ne serait elle pas décider,

    Impossible de l’aborder.

     

    Dites lui que je l’aime.

     Je ne suis plus le même.

    Qu’elle vienne a sept heures.

     Comme pendant notre bonheur.

     

    Elle répond, par le silence,

    Finie notre bonne entente.

    Elle est d’une méfiance,

    Et d’une grande indifférence.

    Les pensées d’un rêveur

    N ° 070  écrit le 05-03-1966 par JGRC

     Sous le pseudonyme de Christian Gilles

     A Saint Jean les deux jumeaux  77660

    Modifié le 26-11-2008 a LA  GACILLY  56200







     


    23 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique