•  

    les pensées d'un reveur

     

     

      

      

      

      

    RAISON

     

    Jack, fidèle mon ami,

    Je découvre en toi,

    Quelque chose de finie

    Tu ne dois plus être toi.

     

    Enfin tu as découvert,

    Qu’un jour tu as faibli.

    Pour aller confiant et amer,

    Doucement m’enfouir.

     

     Les copains tu vois,

    Ce n’est rien, ils poussent.

    Jaloux ils se servent de toi,

    Pour me mettre la frousse.

     

    Tu as réussi au clair de lune,

    Mais tu viens de réparer.

    Alors, sans aucune rancune,

    Nous resterons des alliés.

     

    Les pensées d’un rêveur.

    N°10 Ecrit  le  12 MAI 1961 Par J G R C
     Sous  le pseudonyme de Christian  Gilles
        à   REIMS   51   

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    24 commentaires



  •  

      

    les pensées d'un reveur

     UNE FILLE, DES NERFS    



    Oh ! Toi que j’aime, oui que j’aime.

    Je prierais pour qu’il en soit de même.

    Il n’y a qu’une seule fille en mon coeur

    C’est pour cela que j’évite les heurts. 

     

    Je n’attends qu’un signe que toi.

    Pour venir me jeter a tes pieds.

    Au plus loin, mes pas iront vers toi.

    Quand l’on aime, il n’y a qu’une idée.

     

    Les nerfs ne tiendront pas toujours,

    La résistance, n’est pas comme l’amour.

    Si jamais, par malheur ils craquaient,

    Je ne sais ce qu’il m’arriverait.

     

    Que le chagrin ne pense au partage

    Il faudrait éponger mes yeux en pleurs.

    Par ses larmes qui coulent sur mon visage,

    Et cacher cette face d’une telle pâleur.  

     

    Mieux vaudrait aller ce coucher.

    Na pas pouvoir  avaler une bouchée.

    Je suis trop dépendant aux cigarettes,

    Je bois sans raisons dans les guinguettes.

     

    Si jamais cette histoire voyait le jour.

    Je partirais, confiant vers cet amour.

    Adieu a vous enfumées et gros cigares.

    Fini, chaque soir la tournée des bars.


    Faut il qu'a se point être fou a lier ?

    Pour se croire le fidèle cavalier.

    Se prendre pour un moins que rien,

    Mon corps se dérobe, je ne suis pas bien.

     

    Je ne peux errer comme un vagabond,

    Traîner de long en large sur ce pont.

    Piétiner, puis repartir jusqu'à l’espoir,

    D’un regard qui se croise pour y croire.

     

    Que l’on marche l’un vers l’autre,

    La lumière filtrante est notre.

    Cœur a cœur, main dans la main.

    Le future doit commencer demain.

     

    Une lourde et longue tache nous attends.

    Prenons chacun nos responsabilités.

    Ne perdons pas une minute de notre temps.

    Ecartons, balayons nos personnalités.

     

     

    Les pensées d’un rêveur

    N° 091  écrit le 08-10-1966 par JGRC

     Sous le pseudonyme de Christian Gilles
     A Saint Jean les deux jumeaux  77660

      


    22 commentaires
  •  

    les pensées d'un reveur

     

     

    JE PENSE A TOI

    Je ne pense qu’à toi,
    De nuit comme de jour.

    Je ne pense qu’à toi,

    Et a notre grand amour

     Je regrette les phrases,

    Vilaines qui me déchirent.

    Plus du tout en phases,

    Le regret en sera indéfini.

    Je ne pense qu’à toi,

    Du matin jusqu’au soir.

    Quand je dors sous un toit,
     Dans la clarté ou le noir.
     

    Je ne pense qu’à toi,

    Dans la lueur du jour.

    Je ne pense qu’à toi,

    Et ceci pour toujours.


      Les pensées d’un rêveur.

    N°011 écrit le 12 Mai 1961

    Pseudonyme de Christian Gilles

    Par J.G.R.C à REIMS 51



    27 commentaires
  •  

     

     

     REVERIE-001.jpg 

      

     



    REVIENS VERS MOI  

     

    Encore une semaine passée,

    Très loin de la fille que j’aime.

    Je me sens fléchir, puis glisser,

    Vers le fond du problème.

     

    A quand notre amour ?

    Pour le reste de nos jours.

    Dois je attendre longtemps ?

    Pour un retour a tant.

     

    Quand viendra le paradis ?

    Ou ne m’est il pas encore prédit.

    Je ne crois plus, en personne.

    Mais faut il que je pardonne.

     

    Etre toujours dans la méfiance,

    Je passe à coté de la chance.

    L’amour me fuit encore,

    Dans ce théâtrale décors.  

     

    Sur ce sol que l’on appelle France,

    Vivre entre souffrance et espérance.

    Cette terre agricole de notre Brie,

    Sang et sueur, gloire de la patrie.

     

    Voir un ciel couvert de nuages,

    Un miroir qui reflète mon image.

    Tendu dans cette vie de stress,

    Les yeux hagards de tristesse.

     

    Ombre par pitié, montre ton visage,

    En dehors de tous amère mirage.

    Il n’y a que toi que j’aime.

    Je suis et reste toujours le même.

     

    Je guette et j’attends un signe de toi,

    Mes bras sont près a t’enlacer a moi.

    Union de l’orientation, ou du destin.

    Avenir, prépare le défunt ou le destin.

     

     

    Les pensées d’un rêveur

    N° 076 écrit 08-04-1966 par JGRC= Christian Gilles

     A Saint Jean les deux jumeaux  77660

    Modifié le 12-11-2004 à La  Gacilly  56200   





    23 commentaires
  • REVERIE-001.jpg

     

    TON OMBRE

     Depuis cet inoubliable jour,

    Où naquit notre amour.

    Ton ombre me poursuit,

    Jusqu’au fond de mes nuits.

     

    Rien ne me cache ton visage,

    Je ne vois que des mirages.

    Tout au long de ma route,

    Je ronge une triste déroute.

     

    Je croyais que tu m’aimais ?

    Alors que tu me blâmais.

    Pourquoi, autant de soucis ?

    J’étais à tes pieds, à ta merci.

     

    Oh ! Toi l’ombre de son ombre,

    Fait que le temps, où je sombre,

    Soit, dans le fond de ses bras.

    Ou bien entre de beaux draps.  

     

     

     

    Les pensées d’un rêveur

    N° 084  écrit le 27-08-1966 par  JGRC

     Sous le pseudonyme de Christian Gilles

     A  Saint Jean les deux jumeaux  77660
    Modifié le 04-07-2004 a La  Gacilly  56200

     

     

    17h19

     

     


    22 commentaires
  •  

     

    REVERIE 001

     


    DOUCE, FRAGILE.

     

     

     

     

    Belle fille, très docile

    Se réchauffe au soleil,

    Sous l’épaisse treille,

    Epaisse et indivisible.

    Belle comme le ton du ciel,

    D’un bleu de beau temps.

    Elle se promène en pan,

    Sous les rayons du soleil.

     Belle comme un aurore,

    Où l’éclosion de la première rose.

    Dans l’automnal jardin mort

    Sous des faibles filtres illuminés.

    Belle comme a l’ouest le coucher,

    Tombant d’un soleil soir.

    Sous les halles du marché,

    Du moyenâgeux manoir.


     

    Les pensées d’un rêveur.

    N°12 écrit le 18 Mai 1961 A REIMS  51
       Par JGRC   Christian  Gilles
    Modifié le 21 Septembre 2009 à  LA  GACILLY  56200


     

     

     

     

     


    17 commentaires
  •  


     
    GORDES

     

    Du haut de son pilot rocheux,

    Gordes au passé historique,

    Ou les visiteurs nombreux,

    Foule ses lieux très mythiques.

     

    Visitant musées, monuments.

    La chapelle des pénitents blancs,

    Les fresques de l’église saint Firmin.

    Réalisées par des artistes italiens.


     

    Aux détours de chaque ruelle,

    Découvrir une nouvelle merveille.

    Gordes surveillant a perte de vue,

     L’arrivée des touristes bien venues.


     

    Avant ou après les Bories village,

    Ensemble d’habitat architectural,

    Bien plus que millénaire en age,

     De quoi nous remonter le moral.

     

    Les pensées d’un rêveur.

    N°163 écrit le 24Avril 2009     

     par JGRC   

     sous le pseudonyme de CHRISTIAN Gilles

    A LA ROQUE SUR PERNES 84210

     12h00



     

    Classement de sites Letout, concours gratuitClassement de sites Letout, concours gratuitClassement de sites Letout, concours gratuitClassement de sites Letout, concours gratuit Classement de sites Letout, concours gratuit

     


    votre commentaire

  • MEDITATION




     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Encore une semaine de passée,

    Cela ne m’empêche pas de penser.

    Tout aux longs de  ses derniers jours,

    A la croyance d’un futur amour.

     

     

    Je ne peux trouver le sommeil,

    Plus besoin de l’aide d’un réveil.

    Pourquoi ? Vivre en cachette,

    Allons, découvre ta planète.

     

     

    Descends de ton ciel de nuages,

    Voit la réalité, pas les mirages.

    Faut il te mettre aux fers,

    Afin d’être bien moins fière.

     

     

    Ne pas dépasser la dose prescrite,

    Comprendre, n’est pas mon audite.

    Je t’aime c’est ma seule raison,

    Pas la peine d’en faire une oraison.

     

     

     

    Les pensées d’un rêveur

    N° 090  écrit le 09-10-1966 par JGRC 
     Sous le pseudonyme de Christian Gilles
    A Saint Jean les deux jumeaux  77660

     

     

    16h00


    votre commentaire


  • I LOVE YOU.ME

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Faut il te le dire en Anglais ?

    Ou te le chanter en Français.

    I love you me, i love you,

    Je n’aime que vous, oui que vous.

     

     

    Ne crie pas au scandale,

    Si je déclare que je t’aime.

    Pour moi, cela serait fatal,

    Si un refus posait problème.

     

     

    Comment te prouver mon amour,

    Autrement que de te faire la cour.

    Ou bien déclamer de longs discours,

    Langoureux, enflammé, avec humour.

     

     

    Enfin ! Est ce bientôt le bonheur,

    Qui réunira nos deux coeurs.

    Hélas, cette flèche perce mon âme,

    Sans posséder le moindre sésame.

     

     

    Les pensées d’un rêveur

    N ° 089  écrit le 08-10-1966 par JGRC
     Sous le pseudonyme de Christian Gilles
     A Saint Jean les deux jumeaux  77660


    16h00


    votre commentaire

  • JE CROIS EN TOI

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Je ne suis rien, en ce monde.

    Je ne peux posséder ton amour.

    Pour le meilleur de nos jours,

    Que tu sois brune ou blonde.

     

     

    En moi, il n’y a rien de changer,

    Je suis toujours prêt à partager.

    Serré contre ton cœur palpitant,

    Un être, qui n’est pas un mutant.

     

     

    Obstiné, une force de caractère,

    Qui vit sur toutes les terres.

    Une flamme brûle  en mon âtre,

    Cette braise, me rends opiniâtre.

     

     

    Jour en jour apprendre la survie,

    La nuit, rêve de croix et bannière.

    Mois après mois, est ce trépas ou vie ?

    An des ans emporte mes poussières.

     

     

    Les pensées d’un rêveur

    N ° 087  écrit le 08-10-1966 par JGRC
    Sous le pseudonyme de Christian Gilles
     A Saint Jean les deux jumeaux  77660
    Modifié le 06-07-2004 a  La  Gacilly  56200

    16h00  

     


     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique